Interview de Anthony Magdelaine, fondateur de Blackant Master Studio

Page d'accueil de Blackant Master Studio

Anthony Magdelaine 

Aujourd’hui, on reçoit Anthony Magdelaine, Directeur et fondateur de Blackant Master Studio, un studio indépendant de production de jeux vidéo.


On l’a contacté pour qu’il nous explique un peu plus son parcours, ses résultats et ses objectifs. 

Est-ce que tu peux nous parler de ton parcours ?Comment tu en es arrivé là où en es aujourd’hui ?

J’ai depuis le lycée, voulu m’orienter dans l’art et plus précisément dans la bande dessinée. 


J’avais déjà réalisé un prototype de 40 pages dans un cahier de cours, et même si cela n’était pas la meilleure BD du monde,  j’avais déjà appris que faire 40 pages sur une histoire c’est du travail.


Suite à cela j’ai continué à me perfectionner dans le graphisme et passé 3 ans à étudier l’art appliqué au sein de l’école Pivaut à Nantes. 


J’ai par la suite fait des petits boulots à droite a gauche, fait des expositions d’arts, vendu quelques tableaux, rencontré quelques personnes intéressantes


Mais rien qui m’a conduit vers mes ambitions de devenir dessinateur de BD et de pouvoir en vivre.



J’ai donc mis mes ambitions vers d’autres formes d’arts, avec de la décoration sur carrosserie, (ou la aussi j’ai suivi une formation à Aero styl’ académie à Vertou, pendant 1 semaine seulement puisque j’avais déjà un bon niveau en dessin, il ne me manquait plus que la technique du carrossier)


J’ai donc continué a réaliser quelques œuvres sur tous supports pendant quelques années.


J’ai acheté un ordinateur ce qui m’a permis de regrouper une  petite partie de mes travaux sur un site que j’ai moi-même codé et dont j’ai perdu les codes d’accès aujourd’hui, impossible donc d’y faire de modification.


C’est après cette période que internet a commencé à prendre sa place et que j’ai voulu faire la mienne en transposant mon art sur ordinateur


Cette étape fût vraiment laborieuse et j’ai donc encore une fois pris une formation, cette fois dans le jeu vidéo, à l’école Créajeux à Nîmes.


J’ai appris d’autres aspect de l’art que je maîtrisais déjà, avec des logiciels professionnels dont ZBrush que j’avais acheté mais que je n’utilisais pas correctement.


J’y ai également appris le travail en équipe avec des programmeurs, ce qui m’a énormément formé à l’aspect social que représente l’envers du monde des jeux vidéo.

Anthony Magdelaine et son équipe

Anthony Magdelaine et son équipe

Sorti de cette école, j’ai travaillé en freelance sur différents projets de par le monde comme le jeu « The good life » disponible steam, sur lequel j’ai réalisé tous les personnages 3D.


Puis un jour, à force de rencontrer des gens (oui même par internet on rencontre réellement des personnes), j’ai fait équipe avec une startup hollandaise pour laquelle je suis arrivé en tant que simple graphiste à faire des balles, rien de vraiment intéressant.


Jusqu’au jour ou le lead artist, qui m’avait invité sur le projet, est parti, me laissant la place finalement pour devenir lead artist. 


J’ai pu donc commencer à faire tout ce qu’il fallait pour faire avancer le projet en équipe avec un programmeur, un Sound designer, le boss et le Community manager. 


La petite équipe avança pendant quelques mois jusqu’au départ du programmeur, plus intéressé par ses propres projets… 


Ayant déjà pu m’exercer à la programmation avec Unity et Playmaker, j’ai donc proposé mon aide pour ne pas perdre le rythme. 


Suite à quoi pendant 2 mois j’ai programmé une base convenable pour le prototype, des stagiaires en programmation et graphistes ont rejoint l’équipe, et ce fût la confusion la plus totale dans le projet.


Puisque pendant 3 mois le projet a stagné, les programmeurs attendant le travail des artistes pour continuer le travail, remaniant le scénario à leurs envies, ce qui a complètement bloqué l’avancement du projet.


Et c’est là que je suis intervenu (en héros), ou j’ai repris tout ou j’avais laissé avant l’arrivée des nouveaux ou j’ai donné tout ce que j’avais pour faire fonctionner une démo que nous avons ensuite présenté à la Gamescom en Allemagne, puis au Tokyo game show au japon.


Cette expérience m’a permis d’ouvrir  les yeux sur mes capacités de programmeur, et suite à l’échec du studio mal géré et mal organisé, mais qui avait touché des investissement tout de même grâce à mon travail et mes efforts.


J’ai ouvert mon propre studio proposant mes services en tant que graphiste 2D, 3D, animateur, mais aussi programmeur.

Page d'accueil de Blackant Master Studio

Page d'accueil de Blackant Master Studio  

Bien sûr, dans ce résumé, j’ai passé beaucoup de périodes de ma vie, et il n’est pas évident d’énumérer toutes les choses que j’ai faites dans un ordre précis. 


Comme par exemple, les premiers tuto sur 3dsmax, intitulés « le cours de max », copiés plusieurs fois sur les sites de vidéo mais aujourd’hui complètement disparus je pense. 


Ce qui m’amène aux tutoriaux plus récent que je vend sur Udemy et qui sont très bien notés par les utilisateurs.


Cette série de tutoriaux m’a également ouvert la voie à l’enseignement pour the open design school, avec qui  j’ai travaillé pendant 4 ans, et aujourd’hui Artline institut, avec qui je prépare les prochains cours pour les futures générations de game designers.

Est-ce que tu peux nous donner quelques chiffres sur ton activité ? Où est-ce que tu es basé ?

Les projets actuellement en cours de développement pour Blackant Master Studio n’etant pas sortis, il m’est impossible de dire quoi que se soit sur les chiffres.


Mon studio est basé à Caen, à 2 heures  de Paris où la plupart de mes contacts résident ou ils travaillent.

Sur quoi tu travailles en ce moment ? 

Anthony Magdelaine au travail

Sur beaucoup de choses !


Les cours pour Artline d’un côté , des assets pour un studio indépendant pour un projet de point and click, de la programmation sur unreal engine pour le projet Ashkatenne, lui aussi indépendant.


Quant aux projets Blackant Master, Ketch’Up & May’O est le titre phare actuellement en travaux, développé avec unity.

Comment tu envisages la suite de ton activité ? Quels sont tes projets et tes objectifs pour l’avenir ?

J’envisage la suite avec moins de travail pour les autres, pour recentrer mes efforts sur les projets du studio, pour m’agrandir et monter une bonne équipe  d’expert talentueux et motivés.


J’ai dans mon carnet une bonne vingtaine de projets de jeux tous très amusants, sauf un le plus gros projet que je ne saurais faire tout seul et qui demandera de gros moyens de production et qui sera le retour aux sources des fans de RPG, mais je n’en dis pas plus.


L’objectif à long terme c’est de faire un Blackant master univers où les joueurs pourront se retrouver.

Quels sont tes hobbies ? Qu’est-ce que tu aimes faire sur ton temps libre ?

Mes hobbies sont les moments passés en famille, avec mes enfants, parfois aller à la pêche quand le temps s’y prête, puisque la mer est à coté, pourquoi s’en priver ?


Je fais du sport en salle pour transpirer toutes ces calories prisent en mangeant n’importe quoi derrière mon ordinateur, et je joue aux jeux vidéo.

Quels sont les conseils que tu donnerais à ceux qui veulent lancer leur entreprise ?

Posez des tas de questions autour de vous, il y a des gens qui ont des qualités et une expérience différente de la vôtre, vous apprendrez énormément en discutant.


N’ayez pas peur de vous planter, vous apprendrez de vos erreurs et découvrirez des capacités à rebondir sur d’autres choses. 


Si vous le pouvez devenez l’expert dont on ne peut pas se passer, inutile d’être bon partout, vous n’aurez pas le temps de vous couper en 4, mais vous pourrez trouver des personnes qui sauront faire cette partie de votre travail que vous n’avez pas le temps d’exécuter et peut être mieux que vous au final.


Ce n’est pas une question d'ego, mais du succès de votre projet et c’est tout ce qui compte. 

Ces articles pourraient aussi vous intéresser: 


-  Marketing d'affiliation : 2 000 €/mois avec Systeme.io  

-  Comment devenir infopreneur en 6 étapes